mardi 2 décembre 2014

"La Bataille des Cinq Armées" : l'avis à chaud de Benoît (garanti sans spoilers)



Il est assez agaçant, lorsqu’on attend un film impatiemment, qu’un rustre en brais vous spoile sans vergogne, et cela sous le prétexte fumeux que c’est la seule manière de démontrer la qualité du film. J’ai donc essayé, au cours de cette « review », d’attiser votre appétit tout en ne révélant rien qui puisse gâcher votre faim. Bourreau de cantine ? Oui.


Comme toutes ces personnes, assises dans leurs sièges de cinéma CGR, j’ai pu assister hier à la diffusion du tapis vert, en direct de Londres. Rien d’exceptionnel en soi, puisque cette diffusion était, aussi, disponible en streaming sur internet… Cependant, je ne pus m’empêcher de frissonner à chaque fois qu’un des deux interviewers ou un des acteurs se sente désolé pour le spectateur car celui-ci, selon leurs propos, avait encore quelques jours à attendre… Nous, assis dans cette salle 1 de Tours, nous n’avions que quelques minutes à attendre. Jouissif ! 

Sitôt les brefs discours de Jackson et Freeman prononcés, le compte à rebours s’est enclenché. Les cinq ou six vigiles, présents, commencèrent à balayer la salle de leurs torches : « Eteignez vos portables ! ». Chacun plaça ses lunettes 3D (passive) sur son nez et le silence se fit… 

A partir de là, j’ai une grande envie de partager avec vous, tout ce que j’ai pu ressentir au cours de ce film. Vous racontez mes petites déceptions et mes grandes surprises. Néanmoins, je sais que nous nous retrouverons tous pour un live épique, le dimanche suivant sa sortie officielle (le 14 décembre à 20h), ce qui me donnera l’occasion, comme à vous, de débattre de nos ressentis. 

Si comme moi (et je devrais dire comme chaque acteur de cette page Facebook) vous avez épluché chaque bande annonce, trailer et images de propagandes, dans l’espoir de connaître, plus ou moins, la trame globale de ce film, vous allez être plutôt surpris. Surpris, non pas parce que nous avions tout faux (la plupart des hypothèses avancées lors des lives se révèlent être les bonnes) mais parce que Peter Jackson a su nous jouer des petits tours… 

En effet, l’agencement des trailers et bandes annonces, assez homogène dans l’ensemble, ont pu nous donner une idée assez différente de ce qu’allait être certains passages du film. J’avoue que ces changements sont pour le mieux car, à chaque fois, je fus agréablement surpris. C’est un peu comme lorsque vos parents vous ont dit que vous alliez visiter un musée et que finalement vous vous retrouviez devant les grilles de Disneyland Paris. De bonnes surprises, donc. 

Parlons maintenant du rythme de ce film. J’avais été très déçus par la première partie du deuxième opus (jusqu’à la rencontre des elfes à Mirkwood) qui s’était déroulée à un rythme effréné, nous empêchant, presque, d’apprécier les scènes présentées (tout cela ayant été corrigé dans la version longue, ensuite). Je dois avouer que, cette fois, le rythme, bien que rapide, ne m’a pas posé de problèmes. Il y a tellement de choses à dire ou à montrer qu’il n’y a jamais de temps morts. Donc aucunes scènes, où on se dirait : « il aurait mieux valu en mettre plus ici et moins là ». 

MAIS cela joue, aussi, contre le film car il y a tellement de choses à dire qu’on aimerait en voir en plus. Et pour certains arcs, certes le job a été fait, mais ce fut vite expédié ! Deuxième critique négative et qui est liée à la précédente : j’attendais une suite à la version longue. J’ai l’impression que ce film est la suite de la version courte de "La Désolation de Smaug". Si vous voulez la suite de la version longue de "La Désolation de Smaug", je crains qu’il vous faille attendre la version longue de ce film. C’est un peu rageant et en même temps logique, il aurait été bizarre de traiter des points ou de faire référence à des éléments que certaines personnes n’auraient jamais vus. 

Mis à part ces deux points, j’ai été grandement enthousiasmé par ce film ! D’autant plus, que les scènes de la Bataille des Cinq Armées sont conformes à l’ambition de Peter Jackson : montré une bataille comme vous ne l’avez jamais vu. Parce qu’une bataille ce n’est pas que des imbéciles qui se tapent dessus mais c’est aussi de la stratégie. Enfin, un réalisateur nous offre des plans permettant de comprendre cette stratégie et non pas les fameux : « J’attaque sur l’aile, toi au centre ! » et finalement on ne voit rien d’autre à l’écran qu’un gros merdier en plan américain de côté. 

Il me reste beaucoup de points sur lesquels j’aimerais m’étendre : la musique, les personnages, les trames secondaires, les scènes de duel, etc… que je préfère vous laissez tout découvrir par vous-même. Un peu de surprises ne vous gâchera pas le plaisir, je suppose ?! 

Avant de vous quitter, j’aimerais que nous partions à la chasse du caméo de Peter Jackson. Je crois l’avoir trouvé : à la toute fin du film, Fran et lui sont, je crois, représentés dans des portraits comme étant les parents de Bilbo. (J’ai reconnu Fran plus que Peter et le fait que le plan soit insistant me laisse penser à un caméo) Ne vous renseignez pas sur internet et nous en débattrons lors du live consacré au film le dimanche 14 décembre à 20h ! 

Pour finir, je dirais que je n’ai pas pleuré ! Bon, un petit peu… Et alors ?!